lenouveaumanagerhebdo@gmail.com
vendredi, avril 19, 2024
ECONOMIEINTERNATIONAL

CEMAC : Fin de l’exportation du bois de grume dès 2028

1.37Kvues

CEMAC : Fin de l’exportation du bois de grume dès 2028

A partir de 2028, l’exportation du bois grume ne sera plus possible dans les pays de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (Cemac). La mesure a été décidée par le conseil des ministres de l’Union économique de l’Afrique centrale (UEAC) afin « d’encourager la 2e transformation locale du bois ».

« À compter du 1er janvier 2025, les États membres de la Cemac et la République démocratique du Congo prennent, chacun en ce qui le concerne, les dispositions utiles pour l’interdiction, de manière progressive, des exportations de bois tropicaux sous forme de grumes.

L’interdiction mentionnée à l’alinéa précédent s’étend intégralement et de façon absolue à tous les États concernés à compter du 1er janvier 2028. (…) Toutefois, les exportations sous forme de grumes restent autorisées entre pays de la Cemac, ainsi qu’avec la RD Congo, afin d’encourager les échanges industriels dans le cadre de l’activation des chaînes de valeurs transfrontalières », peut-on lire dans la décision signée par le Pr Richard Filakota, président du conseil des ministres de l’Union économique de l’Afrique centrale (UEAC) et consultée par l’Agence Ecofin.

Cette nouvelle date d’entrée en vigueur de la décision d’interdire les exportations du bois en grume est convenue après un premier report de janvier 2022 à janvier 2023, puis un 2e report à une date qui n’avait jusqu’ici pas encore été précisée.
Pour rappel, cette mesure d’interdiction est déjà mise en œuvre par le Gabon et le Congo.

Les autres pays de la zone hésitaient à l’implémenter à cause des pertes de recettes fiscales qu’elle devrait engendrer. Le 28 octobre 2022 le Gabonais Daniel Ona Ondo, alors président de la commission de la Cemac confiait «  Il y a un coût fiscal énorme (…) Compte tenu du contexte dans lequel on se trouve, les ministres ont estimé à tort ou à raison, mais je pense à raison, de repousser cette décision à plus tard ».

Laisser une reponse