lenouveaumanagerhebdo@gmail.com
dimanche, mars 3, 2024
INTERNATIONAL

COP 28 : les banques multilatérales de développement réitèrent leur engagement

1.39Kvues

COP 28 : les banques multilatérales de développement réitèrent leur engagement

La 28e Conférence des Parties sur les changements climatiques (COP 28) se tient à Dubaï depuis le 30 novembre 2023. A cette occasion, les banques multilatérales de développement ont rendu publique, le samedi 2 décembre 2023.

Ci-dessous l’intégralité de ladite déclaration

La crise climatique s’aggrave rapidement, avec des conséquences sociales, environnementales et économiques de plus en plus graves et visibles dans le monde entier. La fenêtre d’opportunité permettant d’assurer un avenir vivable et durable pour tous se referme rapidement. Reconnaissant les liens entre les triples crises planétaires du climat, de la nature et de la pollution, la réalisation des Objectifs de développement durable, des objectifs de l’Accord de Paris et du Cadre mondial de la biodiversité de Kunming à Montréal (GBF) exige que nous intensifiions tous nos efforts de toute urgence et à grande échelle.

En octobre 2023 à Marrakech, nous nous sommes engagés(le lien est externe) à renforcer notre collaboration avec nos clients, nos partenaires au développement, la société civile, le secteur privé et avec d’autres, afin de réduire la pauvreté et les inégalités, et de faire face aux crises.

En réponse aux appels lancés lors de la COP 27 en faveur d’un renforcement de notre ambition climatique, nous arrivons à la COP 28 prêts à consolider les progrès et les résultats majeurs obtenus au cours de l’année écoulée :

Des niveaux records de financement climatique et de mobilisation des financements privés. En 2022, nous avons engagé conjointement 61 milliards de dollars de financement climatique pour les économies à revenu faible et intermédiaire, soit une hausse de 18 % par rapport à 2021 ; et près de 100 milliards de dollars dans toutes les économies où nous opérons. Dans les pays à revenu faible et intermédiaire, le financement de l’adaptation représente 37 % de cette somme, et notre cofinancement climatique total a atteint 46 milliards de dollars, dont 15 milliards de dollars provenant de la mobilisation de financements privés.

Alignement sur l’Accord de Paris

Lors du One Planet Summit de 2017, nous avons annoncé, conjointement avec l’International Development Finance Club (IDFC), notre vision de l’alignement des flux financiers sur les objectifs de l’Accord de Paris et, lors de la COP 24, nous avons publié(le lien est externe) notre cadre conjoint pour mettre cela en œuvre. Nous avons publié(le lien est externe) les principes méthodologiques conjoints des banques multilatérales de développement (BMD) pour l’évaluation de l’alignement sur l’Accord de Paris des nouvelles opérations. Nous avons respecté ou sommes en passe de respecter nos échéances respectives pour aligner les activités sur les objectifs de l’Accord de Paris. Nous continuons de travailler ensemble pour partager activement nos connaissances et nos expériences, et pour harmoniser nos approches les unes avec les autres et avec la communauté financière au sens large.

La transition juste

À mesure que les pays et les autres parties prenantes intensifient et renforcent l’action climatique dans tous les secteurs et à toutes les échelles, la demande de soutien pour une transition juste augmentera. Nous soutenons les efforts de transition juste dans divers contextes et régions.

A l’occasion de la COP 28, nous réaffirmons notre engagement en faveur d’une action climatique et de développement socialement inclusive, qui tienne compte de la dimension de genre et qui soit positive pour la nature, en tenant compte de nos différents mandats, de nos réseaux uniques de pays et de clients, de nos modèles opérationnels, de nos zones géographiques et de notre expertise.

Nous réaliserons cela grâce à :

Une attention accrue à la mesure des résultats et des réalisations. En octobre 2023, nous avons confirmé notre engagement à améliorer notre approche qui est largement axée sur notre reporting conjoint des engagements en matière de financement climatique afin de suivre et de rendre compte également des résultats climatiques. Cela nous permettra de mieux suivre les résultats en matière de priorités climatiques et de développement — tant pour l’atténuation que pour l’adaptation. À cette fin, lors de la COP28, nous avons convenu d’élaborer une approche commune pour rendre compte des résultats et des impacts climatiques, et nous poursuivrons notre étroite collaboration pour harmoniser et améliorer nos méthodologies en matière d’indicateurs climatiques.

L’analytique pour l’impact

Nous nous engageons à développer l’analytique pour mieux intégrer le climat et le développement, et aider les pays à identifier les priorités et les opportunités d’investissement.
Des Stratégies à long terme (LTS). Un nouveau programme conjoint de stratégies à long terme des banques multilatérales de développement, hébergé par la Banque mondiale, est lancé pour coordonner le soutien aux pays et aux entités infranationales pour la formulation de stratégies de développement à long terme et à faibles émissions de carbone et d’autres stratégies à long terme sur le climat, comme l’encourage l’Accord de Paris. Ces Stratégies porteront sur la décarbonisation, la résilience climatique et les aspects sociaux, notamment la transition juste.

Une collaboration au niveau des pays

Dans le cadre de notre soutien global au développement durable et comme nous l’avons déclaré conjointement en octobre 2023, nous soutiendrons des plateformes dirigées par les pays afin d’améliorer la coordination et l’impact au sein des pays dans tous les aspects du développement, y compris le climat. En tant que mécanismes dirigés par les gouvernements, les plateformes peuvent intégrer une combinaison de réformes politiques, d’appétence des investisseurs, de soutien extérieur et de programmes coordonnés de financement et d’assistance technique des investissements climatiques qui se renforcent collectivement.

Attirer des capitaux privés à grande échelle

Nous nous efforçons d’accroître notre mobilisation de capitaux privés, notamment pour le climat. Les activités comprennent la mise en place d’environnements réglementaires favorables qui suppriment les subventions ayant des effets de distorsion et qui imposent ou récompensent les investissements verts ; l’écologisation des systèmes financiers locaux ; le développement de réserves de projets d’investissements climatiques et verts ; la maîtrise des risques de change ; et le développement d’instruments innovants, notamment des financements mixtes, et des instruments de tarification du carbone.

Soutenir les efforts d’adaptation et de gestion des risques de catastrophe

Pour accroître le financement de l’adaptation, nous renforcerons notre soutien à la gestion des risques de catastrophe et au renforcement de la résilience grâce à un large éventail d’efforts, notamment en matière de planification et de politique, d’évaluation des risques, de préparation aux catastrophes et à la reprise, de reconstruction après une catastrophe, de mécanismes de financement, de renforcement des capacités et de partage des connaissances. Nous appelons de nos vœux la création d’un fonds pour les pertes et les dommages et nous nous engageons à soutenir l’initiative « Alerte précoce pour tous », qui vise à mettre en place des systèmes d’alerte précoce accessibles et inclusifs pour tous d’ici 2027.

Les crises climatiques et écologiques sont imbriquées dans de nombreux autres défis mondiaux. Il est également essentiel de renforcer la collaboration, conformément à nos mandats et cadres de gouvernance respectifs, sur :

La nature

Dans le cadre du nouveau Groupe de travail conjoint des BMD sur la nature, créé fin 2022, nous continuons à mettre en œuvre les engagements pris au titre de la Déclaration conjointe des BMD pour la nature, les populations et la planète de la COP26, notamment en lançant les Principes communs des BMD pour le suivi de la finance favorable à la nature lors de la COP28. Nous continuerons d’identifier les opportunités, notamment dans le cadre des partenariats sur le financement souverain lié à la durabilité pour la nature et le climat.

L’eau

Notre objectif est d’accroître le nombre de personnes bénéficiant du soutien de systèmes d’eau résilients au changement climatique, en particulier dans les régions soumises à un stress hydrique. Nous travaillerons en collaboration pour améliorer la gestion et l’efficacité des ressources en eau, préserver les rares financements publics consacrés à la sécurité de l’eau et mobiliser les financements commerciaux et la participation du secteur privé, y compris par le biais de réformes en amont si nécessaire. Nous chercherons à améliorer la durabilité des services d’eau et d’assainissement, à mettre en place des environnements politiques, institutionnels et réglementaires efficaces et à améliorer la gouvernance d’entreprise et la transparence dans le secteur de l’eau.

La santé

La crise climatique a un impact profond sur la santé et le bien-être. Et les mesures visant à atténuer le changement climatique atténuent également la pollution atmosphérique nocive. Nous nous sommes engagés à travailler ensemble pour accroître le financement en faveur du climat et de la santé. Conformément à nos mandats respectifs, nous aidons les pays à comprendre les risques sanitaires liés au climat, à identifier les solutions les plus rentables et à mobiliser des financements au rythme et à l’échelle nécessaires. À cet égard, le Groupe de travail des banques de développement pour le financement climatique et sanitaire (un réseau de BMD et de banques publiques de développement) a élaboré une feuille de route d’action commune.

La dimension de genre

Avec la hausse des températures et l’accroissement des inégalités, il apparaît de plus en plus clairement que les crises climatiques et sociales sont interconnectées, notamment en ce qui concerne la santé, les moyens de subsistance et l’action des femmes. Il existe de nombreuses preuves qu’une plus grande diversité dans le leadership, la main-d’œuvre, les chaînes d’approvisionnement et les projets d’investissement est associée à une amélioration de la durabilité, de la gestion des ressources, de l’atténuation du changement climatique et de la résilience. Nous collaborons à l’identification et à l’expansion du financement de solutions intégrant la dimension de genre pour les gouvernements et les entreprises en nous appuyant sur nos connaissances et notre expérience programmatique sur le lien entre le genre et le climat.

Reflétant l’urgence et l’ampleur des questions à résoudre, nous intensifions notre action commune sur le climat et le développement, renforçons notre collaboration pour accroître les financements et améliorer la mesure des résultats, renforcer la collaboration au niveau des pays et accroître le cofinancement et l’engagement du secteur privé.

Laisser une reponse