lenouveaumanagerhebdo@gmail.com
mercredi, mai 29, 2024
BÉNIN A L’INSTANTECONOMIE

Bénin : la Banque africaine de développement table sur une croissance économique de 6,4% en 2024

767vues

Bénin : la Banque africaine de développement table sur une croissance économique de 6,4% en 2024

Dans son rapport macroéconomique, la Banque africaine de développement a indiqué que l’Afrique domine la liste des 20 économies ayant la croissance la plus rapide au monde en 2024. L’institution mise sur une croissance économique de 6,4% pour le Bénin.

L’Afrique représentera onze des 20 économies à la croissance la plus rapide au monde en 2024, a déclaré le Groupe de la Banque africaine de développement dans ses dernières performances et perspectives macroéconomiques (MEO) du continent publiées vendredi.

Dans l’ensemble, la croissance du produit intérieur brut (PIB) réel du continent devrait s’établir en moyenne à 3,8 % et 4,2 % en 2024 et 2025, respectivement. Ce chiffre est supérieur aux moyennes mondiales projetées de 2,9 % et 3,2 %, indique le rapport.

Le continent devrait rester la deuxième région à la croissance la plus rapide après l’Asie.

Les 11 principaux pays africains qui devraient connaître de solides performances économiques sont le Niger (11,2 %), le Sénégal (8,2 %), la Libye (7,9 %), le Rwanda (7,2 %), la Côte d’Ivoire (6,8 %), l’Éthiopie (6,7 %). ), le Bénin (6,4 %), Djibouti (6,2 %), la Tanzanie (6,1 %), le Togo (6 %) et l’Ouganda à 6 %.

« Malgré un environnement économique mondial et régional difficile, 15 pays africains ont enregistré une croissance de leur production de plus de 5 % », a déclaré le président du Groupe de la Banque, le Dr Akinwumi Adesina, appelant à des pools de financement plus importants et à plusieurs interventions politiques pour stimuler davantage la croissance de l’Afrique.

En Afrique de l’Ouest, par exemple, la croissance devrait atteindre 4 et 4,4 % en 2024 et 2025 respectivement. La forte croissance dans la plupart des pays de la région devrait compenser les ralentissements au Nigeria et au Ghana. Le retrait annoncé du Burkina Faso, du Mali et du Niger de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) jette une ombre sur la durabilité des acquis dans un contexte d’incertitude croissante.

Laisser une reponse